Mardi 14 août 2018

La main tendue (Jean 10,22-30)


Lire le texte

La fête de la Dédicace commémorait la consécration de l’autel du temple de Jérusalem en 164 av J.-C., trois ans après sa profanation par Antiochus Epiphane qui avait fait élever un autel à Zeus au même endroit. Qui est donc ce Jésus ? Pour qui se prend-il ? Se déclare-t-il le Messie, oui ou non ? Il faut trancher… Impatience et irritation s’emparent de ses contradicteurs, les autorités juives de Jérusalem. On le somme de répondre ouvertement et avec précision. Un véritable procès. Comme souvent, la réponse de Jésus décale et dérange. Ceux qui posent la question se voient remis en question dans ce qu’ils croient ou ne croient pas. « Au fond, dit-il en substance, je l’ai déjà laissé entendre. Et ce que j’ai enseigné et accomplis parle de lui-même… pour qui reçoit ma personne et mon œuvre dans la foi, à l’instar des brebis, symbole par excellence de la relation de confiance des croyants avec moi. » Et l’image des brebis s’approfondit avec celle de la main : quand la main tendue par Dieu à travers le Christ est saisie par les humains que nous sommes, plus rien ni personne ne peut alors nous en arracher. Ni le présent, ni l’avenir, ni la vie, ni même la mort… Comme toujours, les réponses de Jésus débordent les raisonnements qui enferment et rétrécissent. C’est d’un Dieu d’amour plus grand que tout qu’il s’agit… et le Christ est bien son Envoyé !

Christophe Reymond

Prière: Seigneur, fais-nous la grâce de saisir d’abord et avant tout que tu nous tends la main, une main à la fois forte et discrète, signe d’un amour dont rien ni personne ne pourra nous arracher.  

Référence biblique : Jean 10, 22 - 30

Commentaire du 15.08.2018
Commentaire du 13.08.2018