Lundi 1 mars 2021

Fais-moi signe! (Luc 11,29-32)


Lire le texte

N’est-elle pas légitime la demande des contemporains de Jésus de demander des signes? Même Jean le Baptiste dans sa prison a osé les demander! Nous avons tous besoin de signes qui nous aident à nous orienter, choisir et croire que nous ne sommes pas abandonnés. Qu’il y a une volonté qui vient nous guider. Mais le risque est grand de confondre signe et preuve, foi et certitude, confiance et miracle. Il n’y a alors plus de signe qui indique une direction, mais la recherche d’une évidence qui évite tout effort. Le signe miraculeux peut rester extérieur à soi comme peut-être ces foules qui voulaient simplement du grand spectacle. Si Jésus parle de la sagesse de Salomon et de la conversion des gens de Ninive, c’est qu’il n’y aurait avoir de signe sans changement. Sans réponse personnelle. Comme une «mise en pratique» du signe reçu. «Il y a ici plus que Jonas!» dira Jésus comme une exclamation. Le signe par excellence qui sera donné, c’est celui de la Résurrection. Comment y croire, si on ne se met à en vivre en nouveauté de vie? Car si l’espérance en Christ, le Vivant, ne peut changer notre façon de croire, de penser et d’agir, alors il n’y a plus rien qui puisse encore nous convertir.

John Ebbutt

Prière: Ta vie nouvelle, Seigneur, est un appel à chercher des signes qui relèvent, plutôt que les chemins faciles. Elle est cet amour plus fort que la mort, une présence qui nous fait signe. Le Christ est notre paix, notre victoire, notre gloire.  

Référence biblique : Luc 11, 29 - 32

Commentaire du 02.03.2021
Commentaire du 28.02.2021