Mardi 17 septembre 2019

Pain sans frontières (Matthieu 15,29-39)


Lire le texte

La répétition de ce récit dans ce même évangile et ailleurs dans le Nouveau Testament peut surprendre! Cela dit, sans doute, l’importance de cet événement pour l’Eglise première! En comparaison, cette multiplication offre des variantes : Jésus verbalise sa compassion pour la foule et son refus de la renvoyer sans la nourrir. Les chiffres aussi: la nourriture à disposition est de « sept pains et quelques petits poissons ». De même les restes : « sept corbeilles pleines », au lieu des douze. La symbolique voit dans le chiffre douze une citation du peuple de la première alliance et le chiffre sept dit une volonté d’accorder aux nations non juives la même générosité! En somme, ce récit peut se lire à la lumière de ce qui vient de se passer avec la femme cananéenne faisant apparaître une affirmation encore plus remarquable: ce ne sont pas des miettes que le Maître accorde à la foule, mais du pain en abondance! Ainsi, le pain du Christ est pour tous et se donne sans frontières! Pour nous, aujourd’hui, il y a comme une ferme exhortation à ce que nos œuvres de compassion, enfantées par cet acte premier de Jésus, ne soient ni restrictives ni partisanes. Les dons de la compassion du Christ ne peuvent se limiter aux seules personnes de notre fraternité chrétienne. Cette interprétation nous appelle à servir sans réserve nos sœurs et frères en humanité!

Eric Imseng

Prière: Saint-Augustin écrivait: la mesure de l’amour est d’aimer sans mesure. Dans ma prière, je désire Seigneur me laisser émonder des exclusions que, parfois inconsciemment, j’oppose à ton immense bonté, et vivre ce que ce père de l’Eglise a si bien perçu!  

Référence biblique : Matthieu 15, 29 - 39

Commentaire du 18.09.2019
Commentaire du 16.09.2019